Versions étrangères

Ville de Thann

Vous êtes dans : Accueil > Culture - Tourisme - Patrimoine > Histoire > Histoire et légendes

Histoire et légendes

Découvrir toute l'Histoire de Thann en quelques lignes : ses origines, pèlerinage et viticulture, le développement économique et l'évolution de la ville, Thann à travers les guerres, les activités nouvelles, Thann en images...

Origines...

Historiquement, la ville de Thann s'est développée à la suite de l'installation d'un péage à l'entrée de la vallée de la Thur par les Comtes de Ferrette, une des trois grandes familles de la noblesse alsacienne descendant de Charlemagne. Les ruines de leur château dominent toujours la ville : c'est l'Engelbourg appelé aussi « Œil de la Sorcière ».

Une histoire mouvementée

La dernière héritière des Comtes de Ferrette, Jeanne épouse Albert II, le Sage, Archiduc d'Autriche en 1324. Ainsi les possessions des Ferrette entrent dans le giron de la Maison d'Autriche et y demeurent jusqu'à la fin de la guerre de Trente Ans, où le Roi de France Louis XIV récupère les territoires de «l'Autriche antérieure» lors du traité de Westphalie en 1648.

Entre-temps, les Archiducs d'Autriche, souvent à cours d'argent ont engagé ces terres du Sundgau aux Bourguignons et notamment à Charles le Téméraire (1469-1474).
Pour récompenser le Cardinal Mazarin de tout ce qu'il a fait pour la couronne, Louis XIV lui fait don des anciennes possessions autrichiennes (1658). Par le jeu des alliances c'est aujourd'hui le Prince Albert II de Monaco, Prince Grimaldi, qui possède le titre de Comte de Thann.

 

Le développement économique et l'évolution de la ville...

Pèlerinage et viticulture

Le miracle du «pouce et de l'anneau» a rapidement drainé de grandes foules, surtout des régions de la mer Baltique, vers la petite bourgade qui se développe et s'entoure de remparts.

En 1324, commence la construction de la magnifique Collégiale Saint-Thiébaut, pur joyau de l'art gothique en Alsace (toutes les phases de l'évolution du style sont représentées). Cette construction est achevée en 1516 par l'architecte et maître d'oeuvre bâlois Rémy Faesch. Durant toute cette période, la cité vit des revenus du pèlerinage et de la culture de la vigne qui s'étend sur tous les coteaux et jusqu'en plaine.

Chaque année, depuis le milieu du XVIe siècle, la cité commémore «le prodige», en célébrant la « Crémation des trois sapins », au soir du 30 juin.
Les Habsbourg accordent aux habitants de la bourgade érigée en ville bon nombre de chartes : un blason, un sceau, le droit de battre monnaie, des foires.
Avec la Réforme qui n'a pourtant pas atteint Thann, l'attrait (et les revenus) du pèlerinage ont périclité et la cité vivote jusqu'à la Révolution.

Le développement de l'industrie

En 1785, Pierre Dollfus crée la première industrie de toiles peintes. La présence d'une eau abondante, d'une main d'oeuvre nombreuse et habile incite des familles aisées à investir dans l'installation d'industries textiles (filature et tissage de coton surtout). Désormais, durant tout le XIXe siècle et jusque dans les années 1960, Thann vivra au rythme du textile.

En 1808, Philippe-Charles Kestner, un Hanovrien, établit à Thann une industrie de produits chimiques pour répondre aux besoins du textile. Cette fabrique est aujourd'hui la plus ancienne usine de produits chimiques d'Europe fonctionnant sur le lieu de sa création.
Le 1er septembre 1839 est inaugurée la ligne de Chemin de fer de Mulhouse à Thann. C'est la 3e ligne de chemin de fer de France ouverte au trafic passager. Elle a été financée par les industriels locaux.

Activités nouvelles

La ville de Thann développe aujourd'hui des activités tertiaires et touristiques. L'hôpital Saint-Jacques est le plus grand employeur de la commune. Une zone d'activités intercommunales dynamique s'est développée à l'entrée de l'agglomération à Vieux-Thann. Une deuxième zone intercommunale est en préparation à Aspach-le-Haut.

Les guerres...

La guerre de 1870 et la défaite française à Sedan ont conduit au rattachement de l'Alsace-Lorraine au IIe Reich allemand ce qui a bousculé et modifié considérablement les circuits économiques. Bon nombre de Thannois ont opté pour la France et ont quitté l'Alsace.

La ville de Thann fut libérée par une des premières offensives françaises sur le front des Vosges le 7 août 1914 et devint, pendant 4 ans, la capitale de l'Alsace libérée. Elle a subi de graves destructions car le front s'était stabilisé aux portes de la ville. Elle eut l'honneur de nombreux visiteurs de marque : le Président de la République Raymond Poincaré, le Président du Conseil Georges Clémenceau...

Juin 1940 vit le retour des Allemands et une nouvelle annexion. Les Thannois ont eu beaucoup de mal à supporter cette nouvelle épreuve et certains d'entre eux ont créé des mouvements de résistance dès l'été 40 (d'où le monument à la résistance alsacienne au Staufen).

Images du patrimoine

Outre la Collégiale Saint-Thiébaut, il convient de remarquer la Cabane des Bangards, près du Relais Culturel. De nombreuses rues et maisons bourgeoises valent le détour, notamment l' Hôtel de ville, construit selon des plans dressés par J.B. Kléber (le futur général), la Maison de l'Architecte, la Tour des Sorcières...

Malheureusement les destructions des «modernistes» du XIXe siècle ont été fatales à un certain caractère moyenâgeux de la cité qui y a perdu ses remparts, ses portes monumentales, sa chapelle Saint-Michel, ses couvents.

Le Musée de l'ancienne Halle aux blés (16ème siècle) conserve les traces de ce riche patrimoine.

Partager cette page sur

  • Générer en PDF
  • Haut de page

eZ Publish - © Citéo - Inovagora