Versions étrangères

Ville de Thann

Vous êtes dans : Accueil > Culture - Tourisme - Patrimoine > Histoire > Les chemins de la mémoire

Les chemins de la mémoire

La Ville de Thann possède 12 lieux de mémoire en hommage à tous les combattants qui se sont battus pour notre liberté.

"Les Chemins de la Mémoire" pour ne pas oublier !

 

 

 

 

Monument à la 66ème Division "L'Alsacienne"

 

Situation :  rue du Général de Gaulle, au milieu d'une place.

Date d'inauguration :  19 avril 1954.

Description :  monument vertical en pierre, avec une tête de chasseur en bronze.

Inscriptions :

Sur le monument

A "L'ALSACIENNE".

-66e division de chasseurs-
dont le sang a coulé sur cette terre d'Alsace et à son dernier chef le général Brissaud-Desmaillet

Sur une plaque de bronze inclinée :

Le Maréchal Joffre

Notre retour est définitif. Vous êtes français pour toujours. La France vous apporte, avec les libertés qu'elle a toujours représentées, le respect de vos libertés à vous, des libertés alsaciennes, de vos traditions, de vos convictions, de vos moeurs. Je suis la France, vous êtes l'Alsace, je vous apporte le baiser de la France.

J.JOFFRE
Thann, novembre 1914.

Construit à l'emplacement d'un premier monument aux morts inauguré le 11 novembre 1926, oeuvre du sculpteur Paul GASQ, démoli par les Allemands le 21 avril 1941.

D'août 1914 à juin 1916, la 66e sera la Division d'Alsace. Les Diables Bleus déployèrent une intense activité pour conserver les territoires alsaciens et particulièrement la capitale de l'Alsace Française : Thann.

Elle sera avec ses chasseurs l'un des héros des combats du Hartmannswillerkopf. Son illustre chef, le général Brissaud­- Desmaillet, a su s'attacher l'estime de ses soldats et de la population alsacienne.

 

Monument de la 5ème Division Blindée

 

Situation : carrefour route d'Aspach - avenue de Gubbio.

Date d'inauguration : 5 mai 1985.

Description : panneau sur fond bleu, inscriptions jaunes, sur un mur en béton peint en brun. Entouré d'arbustes. Inscriptions :

Les soldats de la 5e Division Blindée soit seuls, soit avec d'autres unités de la ire Armée Française ou de régiments américains sous le commandement des généraux de Vernejoul et Schlesser ont participé à la libération de la France au cours des combats suivants :

Vosges (oct. 1944) - Percée du front à Arcey (14 nov. 1944) - Héricourt - Montbéliard - Belfort - Seppois - Ballersdorf - Dannemarie - Traubach-le-Bas Guevenatten Bretten Soppe-le-Bas Ammertzwiller Gildwiller - Hecken - Diefmatten - Pont d'Aspach - Bourbach-le-Haut - Thann - Leimbach - Aspach-le-Bas - Le Bonhomme - Lapoutroie - Hachimette - Orbey - Kientzheim - Kaysersberg - Ammerschwihr - Sigolsheim - Gambsheim (défense de Strasbourg janvier 1945) - Osthouse - Benfeld (bataille au sud de Strasbourg) - Jebsheim - Holtzwihr - Wickerswihr - Riedwihr - Wihr-en-Plaine - Urschenheim - Durrenentzen Widensolen - Horbourg Andolsheim - Colmar (2 février 1945)- Wintzenheim - Wettolsheim - Éguisheim.

Puis du Rhin au Danube et jusqu'au coeur de l'Autriche

puisse l'effusion de tant de sang versé puisse l'accumulation de tant de ruines puisse la somme de tant de souffrances apporter à notre monde une paix solide et durable.

Passant, souviens-toi.

 

Monument des Maquisards

 

Situation : Petit Bungert, face au pont du Bungert.

Date d'inauguration : 16 novembre 1947.

Description : Croix de Lorraine sur un monument en pierre en forme d'obélisque.

Inscriptions :

A la mémoire des 32 héros de la Résistance, du Maquis et des F.F.I. de Thann

Dans des grottes, situées dans le vallon du Zuhren à Vieux-Thann, ont été aménagés, dès 1941, des abris pourvus d'armes. Le maquis de la Waldkapelle abrita des réfractaires à l'incorporation de force.

Le 18 octobre 1944 le camp fut attaqué, l'un des maquisards Anatole Jacquot fut tué. Sur les 31 personnes qui furent arrêtées par la Gestapo, 11 seulement survécurent.

Inscriptions :

La ville de Thann en mémoire des déportés, évacués,expulsés, réfugiés et autres victimes civiles du nazisme 1939 - 1945

Monument aux Morts

Situation : place de la République.

Date d'inauguration :  11 novembre 1951.

Description : obélisque en pierre d'Euville d'une hauteur de 10,80 m

  • à l'est 22 blocs, 16 personnages : hommes, femmes et enfants
  • au sud 13 blocs empilés
  • à l'ouest 22 blocs, 20 personnages militaires et 2 drapeaux déployés
  • au nord 13 blocs empilés et 1 statue d'environ 2,50 m représentant une femme symbolisant la Victoire, pied gauche en avant et portant une cape.

Inscriptions :

La Ville de Thann à ses morts

1914-1918 1952-1962 1939-1945.

Le monument est l'oeuvre de l'architecte parisien Jean-Daniel Évette et du sculpteur L. Leygue, grand prix de Rome.

 

Monument Chardon

Situation : rue Marsilly, face au pont du Musée.

Date d'inauguration à son emplacement actuel : 10 novembre 1951.

Description :  marbre non poli, ronde-bosse, H. 2,45 m - L. 2,10 m. Soldat mourant tendant un bras vers la Victoire couverte d'un voile qui tenait une couronne de lauriers. Bras gauche de la Victoire cassé.

Inscriptions :

A la mémoire d'Henri Chardon sous-lieutenant au 15e Chasseurs à Pied tué le 22 août 1918 et en souvenir de tous ceux qui sont tombés à l'aube de la victoire.

Le sous-lieutenant Henri CHARDON (Paris 1.6.1889-Beuvraignes 22.8.1918) a été délégué à l'administration militaire à Thann pendant de nombreux mois au début de la grande guerre. LI y a lie de nombreuses amitiés, notamment avec Louis BOCKEL. Après son décès sur le front en Argonne, son père, conseiller d'État à Paris, fait don à la ville, le 20 juin 1920, d'un monument en souvenir de son fils .

Ce monument, inauguré le 10 octobre 1920 sur l'actuelle place De Lattre de Tassigny, est l'oeuvre du sculpteur Paul GASQ. Le père de Henri CHARDON a choisi la ville de Thann pour les excellents liens qui existaient entre son fils et la cité, mais également pour le symbole que représentait "Thann, la capitale de l'Alsace Française", aux yeux de tous les Français.

 

Monument de la Résistance Alsacienne (Croix du Staufen)

Situation :  sur la colline du Staufen.

Date d'inauguration : 1ère pierre posée le ler août 1948, inauguré le 10 juillet 1949.

Description : grande croix de Lorraine illuminée visible de la plaine d'Alsace.

Inscriptions :

 

 

A gauche : Croix érigée par la Résistance Alsacienne

Pose de la première pierre le 1 er août 1948 par le général Charles de Gaulle chef de la France Libre Inauguration le 10 juillet 1949 par le général Pierre Koenig héros de Bir Hakeim

In mémoriam le 18 juin 1971.

 

A droite :  "Nous n'avons jamais douté" Réseau Martial fondé à Thann en septembre 1940.

La brigade indépendante Alsace-Lorraine à ses morts 1944-1945 avec ceux du réseau FFC Martial "... Ils n'avaient fait que ce qu'un homme peut faire, mais ils avaient été la France".

A. MALRAUX

 

  • Le 10 juillet 1949,  le monument a été inauguré par le général Koenig, alors commandant en chef des forces françaises en Allemagne, en présence de M. Gaston Monnerville, président du conseil de la République.
  • 16 mars 1981 -  Dans la nuit la croix de la Résistance Alsacienne au Staufen est plastiquée. L'attentat est revendiqué par de mystérieux "Loups Noirs".
  • 18 juin 1981 -  Inauguration de la croix reconstruite.
  • 20 septembre 1981 - La croix est à nouveau plastiquée. Elle est provisoirement remplacée par une croix en bois. 14 octobre 1981 - Les Loups Noirs sont identifiés, arrêtés et condamnés.
  • 18 juin 1986 -  Inauguration du monument reconstruit à nouveau.

L'histoire de la croix du Staufen :

 

Monument De Lattre de Tassigny

Situation : place De Lattre de Tassigny.

Description : plaque en bronze posée sur un rocher.

Inscriptions :

La Ville de Thann à son libérateur le Maréchal De Lattre de Tassigny

Citoyen d'Honneur

Le général Jean-Marie De Lattre de Tassigny (1889-1952) a assuré le commandement de la 1ère Armée Française qui a libéré Thann le 8 décembre 1944.

C'est par son ordre du jour n° 8 du 24 avril 1945 que la 1ère Armée Française adopte le nom de "Rhin et Danube".

 

Plaque de la 1ère Armée Française

Situation : sur le mur sud de l'Hôtel de Ville.

Date d'inauguration : 5 et 6 décembre 1964 par le ministre Gilbert GRANVAL et le général CARPENTIER

Description :  plaque rectangulaire en marbre blanc.

Inscriptions :

La Première Armée Française commandée par le général De Lattre de Tassigny forgée en Afrique et en Italie débarquée en Provence grossie des Forces Françaises de l'Intérieur a libéré Thann le 8.12.1944 dans sa marche victorieuse au Rhin et au Danube.

13 874 combattants de la lre Armée Française sont tombés au Champ d'Honneur lors des combats depuis la Provence jusqu'à la victoire en Allemagne,

 

Plaque du 133ème Régiment d'Infanterie

Situation : sur le mur nord de l'Hôtel de Ville, sous la verrière.

Date d'inauguration :  6 juin 1965.

Description : plaque en granit noir piqueté de bleu, inscriptions dorées.

Inscriptions :

A la mémoire du 133e RI premier régiment français entré à Thann le 7 août 1914 pour libérer l'Alsace après 44 années d'annexion allemande et à celle de ses soldats tombés lors des combats des 9 et 10 août 1914.

Plaque des combattants inhumés à Thann en 1914/1918

Situation : carré militaire du cimetière.

Description : plaque sous le drapeau français au milieu du cimetière entourée de 49 tombes blanches de soldats.

Inscriptions :

A la mémoire des soldats tombés au champ d'honneur inhumés à Thann 1914/1918.

 

  • BUISSOT René Sergent-major au 269e Régiment d'Infanterie
  • BENAC Jean Sergent au 46e R.I.
  • BARTHOU Max Cavalier au 8e Régiment de Hussards
  • LABET Georges Soldat à la 20e section de secrétaire d'E.M.

 

 

Plaque des incorporés de force

Situation :  façade sud de la gare de Thann.

Date d'inauguration :  8 mai 1998.

Description : plaque en bronze.

Inscriptions :

A la mémoire et en hommage aux Thannois victimes de l'incorporation de Force dans l'armée allemande. Ici en octobre 1942 a commencé le long chemin de souffrances et de sacrifices qui les a menés vers un destin tragique.

Notre fidélité à leur souvenir restera garante de leur honneur.

Sur les 400 incorporés de force thannois, 135 furent tués sous un uniforme qui n'était pas le leur.

 

Monument des déportés juifs

Situation :  nouveau cimetière israélite, route d'Aspach (non accessible).

Description : stèle en pierre gravée.

Inscriptions :

La Communauté Israélite de Thann-Cernay à la mémoire de ses victimes déportés et martyrs de la Guerre 1939-45

  • Sergent DREYFUSS Roland de Thann tombé au champ d'honneur
  • BLOCH Jacques de Fellering
  • DREYFUSS Paul fusillé
  • LEVY Marcel
  • BRUNSCHW1G André
  • MARX Salomon
  • DREYFUSS Jules
  • SPITZBERG Adolphe de Cernay
  • DREYFUSS Clémentine née HAAS
  • SPITZBERG Dora née SPITZBERG
  • DREYFUSS Lina née LÉVY
  • SPITZBERG Rachel
  • LÉVY Léon
  • ACKER Curt
  • SPIRA Fernand
  • WOLF Charles de St-Amarin
  • SPIRA Nephtali
  • WOLF Jeanne
  • WEILL Éva née HECKER
  • WEILL Cécile née PICARD de Soppe-le-Bas

Avant 1940 la communauté juive de Thann comptait 160 personnes, après la Libération il ne restait plus que 35 survivants.

Partager cette page sur

  • Générer en PDF
  • Haut de page

eZ Publish - © Citéo - Inovagora